Châtillon-en-Diois

Exodes des huguenots

samedi 13 avril 2019

C’est vers 1560 que le mot « huguenot » remplace celui de « réformé » utilisé jusqu’alors pour désigner les protestants français.
En 1598, le roi de France Henri IV, signe l’Edit de Nantes, pour rétablir la paix dans son royaume après 40 ans de guerre civile. Il autorise la liberté de culte aux protestants en dehors des villes. Henri IV, assassiné, les guerres de religions reprennent.
Sous les rois suivants les dragonnades ont déclenché des vagues d’émigration sans précédent. Et cela, malgré des sanctions très sévères : les galères pour les hommes, la prison pour les femmes, la confiscation des biens pour tous. Outre la peine de mort pour les passeurs.
De nombreux Huguenots, persécutés, fuient la France. En 1685, Louis XIV mal conseillé, pense que ses sujets protestants ont tous abjuré ou se sont exilés et donc que l’Edit de Nantes n’a plus d’utilité. Le 18 octobre il signe L’édit de Fontainebleau qui révoque l’édit de Nantes.
Les protestants qui pratiquaient en secret vont alors, tout abandonner et chercher refuge à Genève qui ne peut pas les accueillir tous (environ 200 000 protestants, un sixième de la population française).
Genève les oriente alors

  • vers la Hollande où le protestantisme deviendra religion d’état avec Guillaume d’Orange et vers l’Allemagne qui manque d’habitants après plusieurs épisodes de peste et les morts occasionnées par la guerre de Trente Ans
  • puis vers l’Angleterre, le Nouveau Monde et même la colonie hollandaise d’Afrique du Sud.
    Ces mouvements de population, qui se sont poursuivis jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, ont permis et stimulé un renouveau de la pensée Ils ont notamment suscité une réflexion sur le problème des libertés et ont contribué à ouvrir la voie à la philosophie des Lumières.

La croix huguenote

JPEG - 40.6 ko
Croix huguenote avec coeurs
JPEG - 41.3 ko
Croix huguenote avec lys

La croix huguenote est en forme de croix occitane aux pointes garnies de perles qui rappellent les béatitudes. Des fleurs de lys ou des cœurs s’insèrent entre les branches de la croix à laquelle est suspendue une colombe du Saint-Esprit.

Les fleurs de lys indiquent que les protestants, s’il fuient les persécutions, restent fidèles au royaume de France, où tous espéraient retourner un jour, pour cela ils enseignaient le français à leur descendants jusqu’à la 3e génération et parfois plus !

La croix huguenote est portée autour du cou, suspendue à une chaîne.


Les différents itinéraires de l'exode des huguenots

Sur la carte de l’exode vous pouvez suivre :

  • en rouge l’exode depuis Le Poët Laval jusqu’à Bad Karishafen en Allemagne
    Vous pouvez retrouver en détail la partie drômoise de l’exode découpée en huit randonnées dans l’article Randonnées sur les pas des huguenots
  • en vert la partie Cévenole de l’exode
  • en noir l’exode Vaudois
  • en bleu la Glorieuse Rentrée

Mentions legales | Contact | Plan du site | |

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site LES HUGUENOTS Mise à jour : dimanche 20 octobre 2019